Translate



Les Amis du Feeder sont un nouveau club en Wallonie. Sa vocation est d'amener les pêcheurs curieux à la technique du feeder et de leur en montrer les finesses et la diversité. Nous ne sommes pas dogmatiques, nous ne suivons pas les règles aveuglément et voulons goûter à tous les aspects du feeder.
Afin d'ouvrir le club au plus grand nombre, nous avons 2 types de cotisations : celle pour ceux qui veulent faire de la compétition (comprenant la licence A+), à 30€, et la cotisation sans la compétition, à 15€! Les 2 formules permettent de participer aux concours intimes du club, aux activités, etc.

Venez nous rencontrer le long de nos beaux cours d'eau et étangs, ou, dans un premier temps, sur notre groupe Facebook (A voir sur l'onglet "A notre propos") !

Challenge Matrix - 09 avril 2017 à Peronnes-lez-Antoing

Commencer la saison de compétition par un challenge aussi important que le Matrix, on pouvait faire plus simple ! Pour ne pas arranger notre situation, nous pêchions le bief du grand-large de Peronnes-lez-Antoing, lieu que peu d'entre-nous connaissaient. Pour ma part, j'en avais juste entendu parler, mais, le croirez-vous, je n'y étais jamais allé tremper ma ligne. Le stress, quoi ! Le week-end allait être chaud brûlant.

Une compétition, petite ou grande, ça se prépare. De ce fait, j'avais décidé de ne pêcher qu'un jour, afin de consacrer mon samedi à l'espionnage. On peut dire que, tactiquement, c'était une bonne idée. En effet, les 2 petites heures passées à regarder pêcher, à poser des questions et à analyser le lieu ont été des heures bien dépensées. Quelques constatations :
  1. La pêche allait être difficile
  2. Les poissons qui mordaient étaient des plaquettes, quelques brèmes et un peu de gardon
  3. Les distances de pêche seraient très variables, de 25 à 60 mètres
  4. Les esches seraient classiques (fouillis, casters, gozzers rouges et pinkies) et le vers de terreau peu efficace
  5. Les bassinées seraient fréquentes et, parfois, assez fortes
J'arrivais donc le dimanche à Peronnes assez détendu, plus à l'heure que d'habitude.  

Le matériel est prêt. Mon principal choix de canne va me permettre de pêcher confortablement entre 15 et 65 mètres :
  • MS Range ULF325 avec scion de 0.75oz + moulinet Pro Feeder II 3500 rempli de tresse 8/100 - tête de ligne de 24/100 (3 mètres), bas de ligne de 10.5/100 en Drennan Supplex Fluoro, hameçon de 18-16 Wide Gape fin de fer : pour pêcher à 25-30 mètres
  • MS Range UL Multi en 395 avec scion de 1oz + moulinet Pro Feeder II 5000 rempli de tresse 10/100 - arraché de 8 mètres en 26/100, bas de ligne en 12/100 (Drennan Supplex Fluoro), hameçon de 16-14 Wide Gape fin de fer : pour pêcher à 45-50 mètres
Mon amorce est orientée brème. De plus, elle est foncée et sucrée. Ma terre est de la Somme noircie et sucrée. J'ai 4L d'amorce tamisée fine et 3L de terre. Selon les pêcheurs du cru, les poissons ici ne supportent pas trop les amorces jaunes et claires. Je me fie à eux (merci Francis !).
Les esches sont assez classiques : 3/4L de casters (je ne pars JAMAIS à la pêche sans au moins 1/2L de casters), 1/2L de fouillis, 3/4L de vers de terreau, des asticots blancs, rouges et bronzés, ainsi que des pinkies.


Comme d'habitude, je commence ma pêche en sondant. Le samedi, j'avais bien demandé à de bons potes qui pêchaient déjà et ils m'avaient averti : le fond n'est pas régulier et va de 2.5 à 3 mètres. Savoir où déposer son feeder est le choix tactique qui va influencer toute votre journée, alors il faut qu'il repose sur des bases objectives. Je n'hésite donc pas à sonder près de 20 minutes. Et, en effet, je constate un creux vers 26-27 mètres et un autre vers 45-47 mètres. Je le répète : sonder est vital pour réussir une pêche et c'est grâce à cette étape qu'on peut ensuite décider où l'on va pêcher. Vu le temps assez froid pour ce début de mois d'avril, mon choix tactique est de pêcher les creux et d'aller au plus profond, quitte à être ennuyé par les moules, très présentes ici (mais je n'en aurai pas). 
Mon amorce et mon contrôle d'esches sont prêts. J'ai gagné du temps en mouillant mon amorce à la maison. C'est assez inhabituel pour moi, mais cela permet de gagner 20 minutes. J'ai fait de même pour la terre. Le jour J, je dois juste terminer la mouille de l'amorce et la tamiser. Facile !
Le concours démarre à 10h, mais on peut commencer à amorcer 10 minutes avant. J'ai un "pot magique" d'esches pour démarrer : 0.3L de terreaux hachés (assez fins dans ce cas, vu que la densité de poissons qui mordent n'est pas énorme (pas mal de très petits scores le samedi), 1 grosse poignée de fouillis et une autre de casters. C'est suffisant pour l'amorçage et la première heure. Je mélange cette bouillie avec juste assez d'amorce et de terre que pour la tenir en place dans le feeder lors du lancer et de l'amerrissage. Mon but est de charger mes 2 coups plus que ceux des autres pêcheurs, afin de donner aux poissons de bonnes raisons de rester chez moi ! Je commence par mon coup à 26 mètres (8 feeders) et je termine par celui à 47 mètres. Je termine mon amorçage de départ un peu après le coup de trompe de début. C'est du temps perdu, mais bien investi !
Le temps de mettre un bas de ligne sur ma "grosse" canne (tout est relatif, c'est une MS Ultra Light Multi de 395cm qui pèse 220gr) et je commence à pêcher au loin. Mes débuts sont prometteurs et je prends un joli gardon dès le deuxième lancer. Cela dit, les touches sont très difficiles à ferrer et je fais quelques aller-retour entre mes 2 coups. Mon deuxième poisson, une jolie plaquette, n'arrive qu'après 1h45 et provient du coup le plus proche. C'est mon voisin de droite, en prenant une plaquette, qui m'a mis la puce à l'oreille : le poisson est près ! Mon autre voisin (de gauche, celui-là) n'est pas n'importe qui : Freddy Schallenberg. Il prend une belle brème sur son coup loin (vers 50 mètres). J'ai la pression, mais je persiste. Le poisson rentre peu à peu, mais les touches nécessitent une concentration parfaite. Je pêche avec mon Ultra Light 3.25m posée sur ma jambe pour être certain d'aller vite. Le poisson est sensible à un amorçage riche en fouillis et en casters. Je mets d'ailleurs la même chose à l'hameçon : 2 ou 3 vers de vase et 1 caster. Ce sera mon panaché le plus productif. A force de concentration, je bats me 2 voisins et je termine 3e de secteur, très proche du 2e. Cette dernière belle touche manquée à 4 minutes de la fin va me hanter longtemps ! Je ne boirai plus jamais durant la dernière demi heure, c'est juré !
A la remise des prix, j'ai le plaisir de constater que je suis qualifié pour la finale du challenge Matrix, malgré ma 13e place au général. J'ai profité du fait que quelques pêcheurs déjà qualifiés étaient avant moi. Une chose est certaine : je n'irai pas à la finale en dilettante. Ma motivation est à son maximum !
Félicitation à tous les pêcheurs des LADF et particulièrement à Albert Pirard, 14e au général. Encore une belle démonstration de notre belle ambiance et du potentiel du plus grand club de feeder liégeois !
Photos du Club Matrixteam